CanCOLD, fier partenaire de la Journée Mondiale de la MPOC !

CanCOLD, fier partenaire de la Journée Mondiale de la MPOC !

Editorial in the American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine written by Peter Calverley highlights CanCOLD’s contribution to COPD research.

Partout au monde, les professionnels de la santé et les groupes de patients atteints de la Maladie Pulmonaire Obstructive Chronique (MPOC) se réunissent chaque année à l’occasion de la Journée Mondiale de la MPOC, une initiative internationale destinée à sensibiliser, à partager les connaissances et à discuter des moyens de réduire le fardeau que représente la MPOC. Tenue le troisième mercredi du mois de novembre sous un nouveau thème chaque année, la campagne encourage la collaboration et représente l’un des événements les plus importants au monde dans le domaine de la sensibilisation et de l’éducation à la MPOC. Acteur essentiel dans la promotion d’une meilleure santé pulmonaire et la réduction de l’impact mondial de la MPOC, la Cohorte canadienne des maladies pulmonaires obstructives (CanCOLD) est fière d’être un partenaire de la Journée  mondiale de la MPOC.

 

Le 15 novembre, le Centre Universitaire de Santé McGill (CUSM), qui héberge CanCOLD, a mis en avant les objectifs, le design et les découvertes de l’étude. Il a également renforcé l’importance du travail de CanCOLD et sa position de pionnier dans le domaine de la recherche sur la MPOC. La Fondation du CUSM a exprimé son soutien pour CanCOLD, soulignant la manière dont l’étude s’aligne avec leur mission de “créer des changements significatifs, d’assurer l’excellence des soins aux patients et de favoriser une communauté en meilleure santé”.  L’étude CanCOLD contribue à l’engagement du CUSM consistant à soutenir la recherche innovante qui ” [ouvre] la voie à des soins respiratoires capables de sauver la vie de millions de Canadiens “.

 

Lire l’article dans son intégralité : 

https://cusm.ca/news-and-patient-stories/news/muhc-leader-copd-care-research 

CanCOLD célèbre une étape importante : la 100e sous-étude approuvée !

CanCOLD célèbre une étape importante:
100e sous-étude approuvée !

100e sous-étude approuvée

>70 publications évaluées par les pairs

Depuis 15 ans, l’étude CanCOLD met ses données à la disposition des chercheurs seniors et en formation du Canada et de l’étranger. Par le biais de projets dirigés par des chercheurs, ces derniers ont la possibilité d’évaluer d’innombrables hypothèses scientifiques et d’appliquer la recherche fondamentale à la prévention et au traitement de la MPOC. CanCOLD est fier d’annoncer qu’il a CanCOLD proudly highlights having atteint son 100e projet dirigé par un chercheur ou un stagiaire de recherche utilisant les données de CanCOLD, avec de nombreux projets générant des résultats importants. La recherche utilisant les données de l’étude fait progresser les directives de pratique clinique et les politiques de santé au bénéfice des patients atteints de MPOC. Les projets dirigés par des chercheurs ont donné lieu à des publications évaluées par des pairs et à des thèses d’étudiants aux cycles supérieurs qui approfondissent notre compréhension de la MPOC légère à modérée.

 

Chaque année depuis 2011, CanCOLD génère un flux continu de découvertes scientifiques percutantes qui attirent l’attention des médias. Jusqu’en 2023, CanCOLD a produit plus de 70 publications au total, dont 60 articles évaluées par les pairs et 10 thèses d’étudiants de cycles supérieurs, toutes issues de projets menées par des chercheurs et stagiaires de recherche. Ces progrès remarquables renforcent l’engagement de l’étude à diffuser les données de CanCOLD, favorisant ainsi l’avancement des connaissances sur la MPOC.

 

 

“Les données recueillies au cours de l’étude CanCOLD sont les plus complètes au monde pour répondre aux questions liées à la MPOCdéclare le Dr Jean Bourbeau, chercheur principal de CanCOLD à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill à Montréal.

 

En effet, CanCOLD possède une plateforme de recherche qui offre une ressource riche en données pour les collaborations interdisciplinaires et qui propulse la recherche canadienne et internationale sur la MPOC vers de nouveaux sommets. Cette étape incroyable a été accélérée par la création du Portail de Données CanCOLD. Grâce à un catalogue de métadonnées en ligne, la plateforme permet aux chercheurs d’identifier les variables d’intérêt pour leurs projets de recherche et de soumettre des demandes d’accès aux données à l’aide d’un formulaire en ligne.

Participation des stagiaires & chercheurs seniors à la réunion scientifique de CanCOLD lors de la conférence 2022 du RCRR

Participation des stagiaires & chercheurs seniors à la réunion scientifique CanCOLD lors de la conférence 2022 du RCRR

Le Réseau Canadien de Recherche Respiratoire (CRRN) est un réseau national qui rassemble des chercheurs de toutes disciplines et de tous thèmes/piliers de recherche pour travailler de concert afin d’améliorer la compréhension des origines et de l’évolution des maladies chroniques des voies respiratoires au Canada. Parmi ses plateformes de recherche, CanCOLD se distingue par l’attention qu’elle porte à la MPOC, à la complexité de sa progression et à son impact. Cette plateforme dédiée s’engage non seulement à approfondir notre compréhension de la MPOC, mais aussi à faire progresser sa prévention, son diagnostic et sa prise en charge. La plateforme favorise non seulement la recherche de pointe, mais offre également des perspectives de formation et de développement de carrière inestimables aux chercheurs impliqués.

La dernière édition de la conférence du RCRR s’est tenue à l’hôtel Westin Ottawa à l’automne 2022. Au cours du symposium annuel du RCRR s’étalant sur deux jours, CanCOLD s’est emparé de la scène en présentant ses accomplissements de recherche. Les principaux manuscrits publiés et les travaux en cours ont été discutés dans un groupe de plus de 40 chercheurs et stagiaires de recherche issus de partout au Canada. Des thèmes tels que les biomarqueurs de la MPOC, la génétique et l’épigénétique, la physiologie, la pathophysiologie et l’imagerie ont été au cœur des échanges. Le symposium a également abordé la question de la caractérisation de la maladie et discuté des stratégies visant à promouvoir la rétention de la cohorte et à assurer la longévité de l’étude.

Au cours de la discussion, CanCOLD a renforcé sa vision de fournir une ressource et une plateforme riche en données pour initier des recherches innovantes sur la MPOC au Canada et à l’étranger. Le symposium a été l’occasion pour les chercheurs émergents de mettre en lumière leurs travaux et de s’engager dans des conversations enrichissantes avec leurs pairs de partout au Canada.

CanCOLD lance sa 4ème évaluation sur site

CanCOLD lance sa 4ème évaluation sur site

En hiver 2022, l’étude CanCOLD a lancé la visite 4, marquant plus de 10 ans d’évaluations depuis l’étude de base (visite 1) en 2009. À chaque vague de collecte de données, le personnel de recherche qualifié de CanCOLD recueille un bassin d’informations permettant de répondre à des questions de recherche liées à la MPOC et à la santé respiratoire. Comme pour la visite 1, cette quatrième évaluation sur site comprend une série de questionnaires sur la santé et les facteurs de risque, des prises de sang, des tests de spirométrie, de fonction pulmonaire, d’exercice cardio-pulmonaire et des tomographies informatisées multidétecteurs (CT Scan). Riche en données et dotée d’une période de suivi de plus de 10ans, cette visite importante fournira des données essentielles pour mieux comprendre l’état de la santé pulmonaire au Canada.

La visite 4 de CanCOLD fait suite à trois vagues de collecte de données ayant été réalisées entre 2009 et 2019: l’évaluation de base a eu lieu entre 2009 et 2015, la première évaluation de suivi (visite 2) a été effectuée environ 18 mois après la visite de base (2011 à 2015), puis 3 ans après la visite de base (2013 à 2019), la visite 3 de CanCOLD a été réalisée.

La communication continue avec les sujets du CanCOLD pendant et entre les visites a permis à l’étude de maintenir l’engagement des participants et au projet de maintenir avec succès un suivi longitudinal tout au long des années. Actuellement, les 9 sites de collecte de données contactent activement les participants pour récolter les données de la quatrième visite. En août 2023, près de 100 participants auront déjà effectué cette quatrième visite d’évaluation, qui devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année 2024. Dix ans plus tard, les participants de CanCOLD sont fiers de continuer à contribuer à la connaissance scientifique de la MPOC au profit des populations de patients atteints de MPOC et de la société dans son ensemble.

L’étude CanCOLD montre les liens entre la pollution atmosphérique et la santé respiratoire au Canada 

L'étude CanCOLD montre les liens entre la pollution atmosphérique et la santé respiratoire au Canada

Bien que le tabagisme soit reconnu comme le facteur le risque le plus important pour le développement et la progression de la MPOC, 25 à 45 % des personnes atteintes de MPOC n’ont jamais fumé. Cela souligne l’importance d’identifier les facteurs de risque au-delà du tabagisme, tels que les expositions environnementales et les caractéristiques
individuelles, afin d’éclairer les stratégies de prévention, le diagnostic clinique et la prise en charge de la MPOC. L’exposition à long terme à la pollution extérieure a été associée à une réduction de la croissance des poumons
chez les enfants, ainsi qu’à un déclin de la fonction pulmonaire et à un risque accru de MPOC chez les adultes. Des études récentes montrent également qu’avoir des voies respiratoires disproportionnées par rapport à la taille des poumons
(c’est-à-dire des poumons dysanaptiques) est associé à un risque plus élevé de MPOC. 

Cependant, peu d’études sur la MPOC ont été menées dans des endroits où les concentrations de pollution sont relativement faibles, comme au Canada, et on sait peu de choses sur la façon dont l’exposition à la pollution atmosphérique interagit avec les facteurs de l’hôte, tels que les anomalies de la croissance des voies respiratoires et des poumons. Une étude récente utilisant les données de CanCOLD est la première étude au Canada à examiner les associations entre l’exposition à long terme à la pollution de l’air ambiant et la fonction pulmonaire et la MPOC confirmée par spirométrie, et la première à examiner comment ces associations interagissent avec la structure pulmonaire.


Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont couplé les données sur la fonction pulmonaire et les facteurs de risque comportementaux recueillies par CanCOLD avec les concentrations de pollution de l’air ambiant fournies par le Consortium canadien de recherche sur la santé environnementale en milieu urbain (CANUE). Les tomographies pulmonaires (CT scan) de CanCOLD ont également été utilisées pour déterminer la taille des voies respiratoires d’un individu par rapport à la taille de ses poumons. Les résultats ont montré que même l’exposition à de faibles concentrations de pollution de l’air extérieur au Canada est associée à une diminution de la fonction pulmonaire chez les adultes, c’est-à-dire la capacité des poumons à échanger de l’oxygène et du dioxyde de carbone par la respiration. Plus précisément, les chercheurs ont observé que de faibles augmentations de deux polluants atmosphériques, les particules fines (PM 2,5) et le dioxyde d’azote (NO2), entraînaient des diminutions cliniquement significatives de la fonction pulmonaire.

Les résultats ont également montré que les personnes ayant des poumons dysanaptiques – une disparité développementale entre la taille des voies respiratoires et celle des poumons – pourraient être
plus sensibles aux effets à long terme de la pollution de l’air sur la fonction pulmonaire et la MPOC. Les chercheurs ont constaté que les personnes ayant des voies respiratoires plus petites avaient une fonction pulmonaire plus faible et étaient 87 % plus susceptibles de développer une MPOC que les personnes ayant des voies respiratoires plus larges, avec une exposition similaire à la pollution de l’air. 

Poumons dysanaptiques – Une disparité dévelopmentale entre la taille des voies respiratoires et celle des poumons.

L’étude suggère donc que le développement des poumons à la naissance pourrait jouer un rôle clé dans la protection ou l’augmentation de la susceptibilité aux réductions de la fonction pulmonaire et à la MPOC induites par la pollution de l’air à l’âge adulte. Pour en savoir plus, consultez la couverture de la publication de CanCOLD par le RIMUHC.


Les résultats de CanCOLD ont suscité une attention médiatique avec des articles dans CBC et La Presse.

Éditorial de CanCOLD dans AJRCCM

Éditorial de CanCOLD dans AJRCCM

Peter Calverley, professeur de médecine respiratoire à l’université de Liverpool au Royaume-Uni, présente CanCOLD comme un “bel ajout à la longue et honorable histoire de la recherche canadienne
sur la physiopathologie de la MPOC”. Dans son éditorial pour l’American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, le professeur Calverly souligne en particulier le rôle de l’étude dans l’apport de réponses aux questions de recherche clés liées à la MPOC. Grâce à CanCOLD, les chercheurs
canadiens abordent de nouvelles questions concernant la physiopathologie de la MPOC. L’auteur montre comment
CanCOLD a été à la tête d’avancées majeures dans le domaine de la recherche sur la MPOC. L’importance de CanCOLD résonne lorsqu’il souligne les données critiques que l’étude a
précédemment révélées concernant la perte précoce des petites voies respiratoires dans la progression de la MPOC et le rôle d’un nombre élevé d’éosinophiles dans le sang dans l’accélération de la progression de la maladie, parmi d’autres renseignements précieux.


Peter Calverley souligne également l’étendue de l’ensemble de données sur l’exercice de CanCOLD qui ” amène notre compréhension de la limitation de l’exercice dans la MPOC à un autre niveau “. En disséquant la dernière publication de CanCOLD par Phillips et al. (2022), qui examine pourquoi les personnes atteintes de MPOC légère sont plus essoufflées, Calverley souligne comment l’étude de CanCOLD “élargit notre compréhension de l’intolérance à l’exercice, suggère de nouvelles approches pour sa compréhension, et sera sans aucun doute succédée par d’autres données passionnantes”. L’éditorial souligne l’impact durable des résultats de CanCOLD sur la recherche canadienne et internationale. Lire l’intégralité de l’éditorial ici.